Autour de l'Islande en 11 jours

(itinéraire)

Jour 1:

Partant tôt pour un proménade tranquille à travers le ouest de l'Islande, en commençant par le fjord majestueux de Hvalfjörður où l'on peut encore voir des reliques de la Seconde Guerre mondiale, nous traversons ensuite le col de Dragháls, d'ou nous avons une belle vue sur le lac de Skorradalsvatn, puis nous poursuivons notre route jusqu'à ce que nous arrivons à Deildartunguhver, qui est la source chaude la plus puissante d'Islande, débitant près de 200 litre d'eau bouillante à la seconde. À quelques kilomètres de la, nous arrivons à Reykholt, fief à l'époque des sagas du chef de clan et historien Snorri Sturluson, les visiteurs ont depuis des décennies et des siècles pu admirer la belle forme de la beignoire en plein air de Snorri. L'on y trouve aussi une petite exposition intéressante dédiée aux œuvres et à l'épopée de Snorri. Remontant ensuite la vallée de Hvítársíða, nous allons admirer les belles cascades de Hraunfossar et de Barnafoss, avant de faire demi tour pour arriver vers midi à Borgarnes, la principale ville du ouest de l'Islande qui est admirablement bien située sur la baie de Faxaflói, et qui abrite le tumulus du viking Skallagrímur Kveldúlfsson. Poursuivant notre chemin par la région de Mýrar,la route passe à côté d'un des plus beaux joyeaux de la nature islandaise, le cratère volcanique Eldborg, traverse plusieurs champs de lave pour longer ensuite les contours de l'échine enneigée des montagnes de la presqu'île de Snæfellsnes, nous visiteron la belle falaise en orgues basaltiques de Gerðuberg, et peut-être la source d'eau pétallante de Rauðamelsölkelda, avant de francher les montagnes au niveau du lac Baulárvallavatn, réputé hanté, et puis, une fois arrivés sur le versant nord de la presqu'île, nous allons nous rendre à Bjarnarhöfn, pour y goûter au requin faisandé arrosé de la gnôle islandaise, le brennivín!
Après une visite de la jolie petite ville de Stykkishólmur, où nous allons surtout admirer quelques une des belles demeures de 19e siècle, admirablement bien restaurés par les gens du pays, nous allons nous rendre à la nouvelle piscine de la ville où les gens s'adonnent à la baignade à cœur de joie après la découverte récente d'eau chaude à proximité de leur ville.
Dîner et nuitée à Stykkishólmur.

Jour 2:

Nous nous mettons en route de bonne heure pour arriver bientôt dans la région de Dalir qui est surtout renommée parmis les islandais comme étant le lieu ou se déroulèrent quelques une des plus célèbres sagas islandaises, dont la "Laxdæla Saga", dont une des héroines s'appellait Auður djúpúðga (la têtue), vraisemblablement parce qu'elle préferait rester chrétienne alors que la plupart de ses voisins étaient païens. Nous visiterons son calvaire à Krosshólaborg. La ferme reconstituée d'Eric Le Rouge, Eiríksstaðir, se trouve aussi à proximité, dans la vallée de Haukadalur. Le chef lieu de Skarð sur la côte de Skarðsströnd, est un des lieus historiques les plus importantes de l'Islande: Ici habite la même famille, de père en fils, depuis la colonisation de l'Islande , au 10e siècle, soit depuis 42 générations!.La petite église de Skarð est un véritable joyau, aussi bien par sa simplicité architecturale que par son décor intérieur. Les vastes champs du pays de Saubær, sont aussi toujours un vértable plaisir à régarder, et les marais du fjord de Gilsfjörður, avec son grand nombre d'oiseaux échassiers ne manquera pas d'étonner le visiteur. Ayant franchi la digue sur ce fjord, nous nous trouvons dans une nouvelle région, c.a.d. les Fjords de l'Ouest. et le pays de Reykhólasveit, dont les principaux attraits sont les monts Vaðalfjöll, la colline boisée de Barmahlíð, l'usine de varech de Reykhólar, qui utilise la géothermie pour sêcher les algues, etc. Dans ces coins, nous pouvons aussi, à tout moment, nous attendre à voir le plus grand des oiseaux islandais, la pygargue à queue blanche.Cependent, au fur et à mesure que nous avançons le long de la côte de Barðastrandarsýsla, les habitations se font de plus en plus rares, et enfin, nous ne faisons que contourner des fjords désertiques, aux fermes abondonnées, les uns après les autres. Ce qui ne veut pas dire pour autant qu'ils ont perdu de leur charme: au contraire, après le retrait des herbivores, la végétation à repris de vigueur, des fleurs et des arbustes commençent à pousser là ou il n'y avait que de l'herbe et du foin auparavent. Toutefois, nous ne tarderons pas à retrouver de l'habitation à nouveau, dans le pays de Vatnsfjörður cette fois-ci, et nous allons nous diriger immédiatement vers le plus beau coin de cette contrée, à savoir le lac de Vatnsdalsvatn, réputé pour son caractère sauvage. Ensuite, l'exploration de la gorge de Surtarbrandsgil, qui se trouve en amont de la ferme de Brjánslækur, et célèbre lieu de trouvailles de feuilles d'arbres fossilisées, datant de l'époque tertiaire. Les feuilles de chênes, platanes et d'autres espèces d'arbres "frileuses" nous prouvent qu'il y a environ 3 millions d'années, le climat ici était voisin de celui du sud de la France actuellement. Ensuite, nous poursuivrons notre route vers le ouest, à travers le beau pays de Barðaströnd, jusqu'à le quitter par le col de Kleifaheiði, qui s'élè à plus de 400 mètres. Du sommet, nous avons une belle vue "imprenable" vers le fjord de Patreksfjörður. Nous visiterons ensuite le village du même nom, Patreksfjörður, autrefois lieu d'escale fréquent des goélettes participant à la "pêche en Islande", avant de nous rendre soit au village de Tálknafjörður, qui est doté lui aussi d'une excellente piscine en plein air dont nous profiterons avant de nous rendre, via le col de Hálfdán, au village suivant qui s'appelle Bíldudalur, pour un bon dîner et nuitée.

Jour 3:

Nous allons bientôt après avoir quitté Bíldudalur nous retrouver dans les principaux lieus où se déroulèrent certains les principaux évènements de la Gísla Saga, une des meilleures sagas islandaises, et particulièrement nous souvenir de la défense héroique du guerrier et hors-la-loi Gísla Súrssonar à l'époque des Sagas quand nous regardons d'en haut sa repaire, la vallée de Geirþjófsfjörður. Arrivant dans le fjord immense de Arnarfjörður, nous allons d'abord trouver la superbe cascade de Dynjandi dont beaucoup de gens estiment comme étant la plus belle de l'Islande. Le lieu dit de Hrafnseyri, est le lieu de naissance du héros de la lutte pour la liberté de l'Islande au 19ième siècle, Jón Sigurðsson, endroit qui fut en quasi abandon pendant beaucoup d'années mais dont le blason vient d'être redoré récemment. Arrivant dans le fjord de Dýrafjörður, nous allons commmençer à ressentir les grandes améliorations qu'à connu le système routier des Fjords de l'Ouest ces dernières années: routes macadamées et tunnels ont eu raison des grands obstacles qui autrefois barraient réglièrement la route aux voyageurs; le col formidable de Breiðadalsheiði étant désormais transpercé par un tunnel de 7 km de long!.
Nous arrivons vers midi à la principale ville des Fjords de l'Ouest, Ísafjörður, et après le déjeuner, notre première tâche consiste à visiter le vieux centre commerçant d'Ísafjörður, connu sous le nom de Neðstakaupstaður (Basse Ville) ou plusieures maison anciennes ont été préservées, et converties en musée de la marine et du commerce, etc. Après un tour d'Ísafjörður, nous quittons la ville, en dessous les falaises gigantesques d'Eyrarhlíð, en direction du village de pêche Bolungarvík, dans le but de visiter l'anse de Ósvör, ou les gens de Bolungarvík ont reconstruit un de ces endroits appelés "vör" en islandais, ou les marins-pêcheurs autrefois s'embarquaient en mer, travaillaient le poisson; leurs habits et outils etc, sont exposés, permettant ainsi aux gens d'aujourd'hui de s'imaginer la rudesse extrême de la vie autrefois. Sur le chemin de retour, nous retraversons Ísafjörður, puis, en contournant le cap d'Arnarnes, nous arrivons dans le petit village de Súðavík, qui fut très rudement touché en janvier 1995, lorsqu'une avalanche s'est abattue sur le village, balayant une dizaine de maison et tuant plus de 20 personnes. Après Súðavík, comme au sud de la presqu'île, nous allons maintenant rencontrer une multitude de fjords abandonnés, sauf au cap de certaines d'entre-elles ou des fermes majeures, pouvant aussi tirer subsistance de la mer, ont survécu. Nous longeons la côte de la baie Ísafjarðardjúp qui est ornée de deux belles îles, Æðey (l'Île aux Eiders) et Viðey, qui valent la peine d'être visitées si nous avons le temps. Faute de quoi, nous allons nous diriger vers un des rares endroits dans les Fjords qui bénéficient des avantages d'une source chaude, cela s'appelle Reykjanes, et l'on y trouve une grande piscine en plein air dont nous allons profiter. Devant, les phoques ont l'habitude de somnoler sur les récifs. or, nous arrivons maintenant au fond de la baie de Djúp, et il nous reste plus qu'à traverser la lande de Steingrímsfjarðarheiði, sur une bonne route qui nous amène vite au village de Hólmavík, ou bien à l'Hótel Laugarhóli dans le fjord de Bjarnarfjörður à proximité, pour un dîner et nuitée.

Jour 4.

Ce quatrième jour de notre voyage, nous le commençerons en contournant la presqu'île de Drangsnes, d'ou nous aurons une très belle vue sur l'île de Grímsey ainsi que sur la baie de Steingrímsfjörður. Dans cette contrée, il y a plusieurs possibilité de distraction, dont une proménade à cheval par exemple. Ensuite, nous allons entamer la chemin de retour en faisant escale, par exemple à Húsavíkurkleif, un autre de ces endroits où l'on trouve également des feuilles d'arbres fossilisées. Nous traverserons ensuite les beaux fjords de Kollafjörður et de Bitra, nous visiterons l'ancien lieu de commerce de Borðeyri, et nous arrêterons ensuite pour déjeuner à Staðarskáli, et ensuite, nous nous rendons au musée folklorique de Reykir í Hrútafirði ou sont conservés un grand nombre d'objets datant de l'époque de la pêche intensive aux requins dans la baie de Húnaflói au 19e siècle. Dans la vallée de Víðidalur, nous irons voir le cañyon impressionant de Kolugljúfur, puis, en passant devant la ferme de Auðunnarstaðir, nous nous rappellerons comment une branche de l'arbre généalogique de la famille royale anglaise y est rattachée. Dans la vallée de Vatnsdalur nous pouvons observer comment un éboulement de terre ancien a crée le lac Flóðið ainsi qu'une multitude de collines bizarres nommés Vatnsdalshólar. La ville de Blönduós est bien situé pour se restaurer dans l'après-midi, et ensuite nous franchirons le col de Vatnsskarð, pour retomber dans la vallée de Skagafjörður ou nous visiterons une chapelle ancienne en tourbe datant du 19e siècle à la ferme de Víðimýri. Nuitée à la ville de Sauðárkrókur ou bien dans un gite rural confortable à proximité.

Jour 5.

Passant le lendemain matin d'abord par la ferme ancienne de Glaumbær, nous y apprenons comment les gens avaient l'habitude de vivre en Islande des siècles durant. À proximité se trouve la jolie petite chapelle à l'ancienne de Víðimýri, nous allons ensuite franchir le grand fleuve de Héraðsvötn, et puis passer à tour de rôle devant les champs de bataille deFlugumýri, Haugsnes et Örlygsstaðir, du côté est de cette vallée, cela nous rappelera sans doute quelques hauts faits de l'époque turbulente des Sturlungs au 13e siècle, peu avant que l'Islande perde son indépendence en 1262. Ensuite, après le franchissement du col de Öxnadalsheiði, nous arrivons dans le fjord majestueux d' Eyjafjörður, dont l'attraction principale est la ville pittoresque d' Akureyri . Un port de pêche important, ville artisanale et artistique, avec sa zone piétonière au centre ville, ainsi qu'arborant son très beau Jardin botanique ou l'on peut admirer la flore islandaise dans son intégralité, la Ville d'Akureyri mérite largement qu'on s'y arrète un bon moment. Quittant la ville, pour nous acheminer vers l'est, en roulant vers le sommets toujours enneigés du mont Kaldbakur, nous franchissons le col de Vaðlaheiði si celui-ci est ouvert, sinon par la passe de Víkurskarð, pour arriver dans la vallée de Fnjóskadalur dont l'attraction principale est la forêt de Vaglaskógur et le joli pont nouvellement restauré sur la rivière Fnjóská. Passant devant la ferme de Ljósavatn, où vécut au 10e siècle Þorgeir Ljósvetningagoði, nous rappelera sans doute l'avènement du christianisme en Islande en l'an 1000 et l'anniversaire de cet évènement célébré l'année en l'an 2000. C'est dans les chutes d'eau de Goðafoss que Þorgeir, le principal architecte de cette conversion, a plongé ses reliques de l'ancienne croyance pour prouver sa foi dans la nouvelle. Il y a trop de choses à voir au Lac Mývatn pourque l'on puisse en faire une visite exhaustive en une journée et c'est pour cette raison que nous avons l'intention de passer deux nuits ici. Parmi les choses remarquables que nous ne manquerons pas d'observer figurent en premier lieu l'abondance d'oiseaux et de canards sur le lac: celui-ci, avec ses 14 espèces de canards est le plus grand sanctuaire des canards en Europe. De même, les pseudo-cratères de Skútustaðir, les formations rocheuses bizarres de Dimmuborgir, la grotte de Grjótagjá et celle de Stóragjá, (offrant la possibilité de se baigner "au naturel") et les solfatares et les fumerolles de Námaskarð n'échapperont pas à notre attention. Le second jour, nous ne manquerons pas d'aller voir la centrale géothermique de Krafla, les nombreux puits de forage et, à proximité, le cratère explosif de Víti: Le temps permettant, nous pouvons aussi faire une très belle randonnée le long des bords d'un autre cratère explosif, celui de Hverfjall.
Dîner et nuitée à l'Hôtel Mývatn, le Sel Hótel au lieu dit Skútustaðir ou logement au confort similaire à côté du lac.

Jour 6.

Nous quittons la zone du Lac Mývatn de bonne heure ce matin, en empruntant la route surnommée la Route du Kieselguhr, en direction du nord, à travers le désert de Hólasandur, où une érosion terrible a sévi pendant la première moitié du XXme siècle. Heureusement, depuis environ une décennie, des mesures de recupération des terres perdues ont été entamées, avec des résultats remarquables. Notre chemin passe ensuite devant la ferme de style ancien de Grenjaðarstaður, que nous visiterons ainsi que l'église (d'ou provient l'unique objet islandais du Musée de Louvre) et le cimetière qui abrite une pierre tombale avec inscription runique, ce qui est très rare dans ce pays. Nous descendons ensuite la vallée de Aðaldalur, roulant à côté de l'excellente rivière de pêche au saumon Laxá. Peu de temps après, nous arrivons dans le village de pêche et capitale de l'observation des baleines Húsavík. Ici, en saison, c.a.d. de mai jusqu'à fin août, nous pouvons nous embarquer sur un bateau pour les observer, en basse saison, nous devons nous contenter de la visite du Centre Baleinier (Whaling Centre) dont le directeur M. Ásbjörn Björgvinsson et ses adjoints ont doté d'un grand nombre de squelettes de baleines et d'information abondante sur les cétacés.
Ensuite, nous allons contourner la presqu'île de Tjörnes, en nous arrêtant d'abord à la falaise de Hallbjarnarstaðakambur afin d'y admirer les gisements très importants de coquillages fossilisés, des espèces provenant aussi bien des régions polaires que des climats tempérés, ce qui nous indique que par le passé, le climat de l'Islande était, à certaines périodes reculées, aussi bien plus froid que plus chaud qu'il ne l'est actuellement. Sur l' horizon, se profilent l'île de Grímsey, à califourchon sur le Cercle polaire, ainsi que plus près de la côte les petites îles Mánáreyjar, épicentre fréquent d'importants tremblements de terre. Arrivés à l'est de la presqu'île, nous pouvons admirer une vue panoramique de la baie de Axarfjörður et puis pénétrer dans la zone du rift continental dans le pays de Kelduhverfi où nous allons plonger notre regard dans certaines des failles et des fissures très imposantes qui sont apparues lors des tremblements de terre qui ont marqué le début de la série d'éruptions volcaniques de 1975-'84 à Krafla..
Après déjeuner et une aperçu de l'hospitalité orientale à la caféteria d' Ásbyrgi, ainsi qu'une visite de la formation rocheuse très imposante du même nom à proximité, nous allons traverser la grande rivière de glacier Jökulsá á Fjöllum, nous allons emprunter une route très peu fréquenté menant vers des coins les moins visités de toute l'Islande, c.a.d. la lande de Melrakkaslétta ainsi que la presqu'île de Langanes. Notre prtemière rencontre sera avec les habitant du petit village de Kópasker qui sont renommés en Islande pour leur attachement à leur terre d'origine car même après plusieures culbutes au niveau de l'activité économique de la région, (disparition de la crevette de la baie, etc) ces gens ont toujours refusé de baisser les bras, et se sont tournés vers d'autres sources de revenues (élévage de poisson, élévage de mouton "écologique" dit Fjallalamb, etc). Au nord du village, nous allons tomber sur les vestiges d'un minuscule éruption volcanique qui a eu lieu dans une ravine nommé Leirhafnarskörð en 1823, et puis, lorsque nous arrivons au bout de la presqu'île, la première chose qui va attirer notre attention sera la grande quantité de bois de dérive qui a échoué ici sur les plages, source de revenu très important par le passé lorsque le bois était une denrée très rare en Islande, mais, hélas, aujourd'hui largement laissée pour compte et inexploitée.
Arrivant sur le versant est de Melrakkaslétta, nous n'allons pas tarder à trouver le village de pêche de Raufarhöfn, qui, comme beaucoup d'autres lieus similaires en Islande, qui se sont spécialisés dans la pêche d'un poisson particulier, (ici le capelin, servant à la fabrication de la farine de poisson) dont les stocks sont sérieusement réduits, ce village, de toute évidence, à connu des jours meilleurs. Cependent, le déclin conserve toujours un certain charme que nous allons découvrir lors d'une promenade dans le village, avant de nous rendre à l'Hôtel Norðurljós, dont le tenancier M.Erlingur Thoroddsen, est un ancien guide et vétéran des voyages en Islande.

Jour 7.

Quittant Raufarhöfn en direction du sud, nous allons traverser la longue lande d' Ytriháls et contourner la montagne de Viðarfjall par le sud, pour nous dirgier vers la petite presqu'île de Rauðanes, qui est un des principaux joyaux de la nature ici à Melrakkaslétta. Une abondance faune et de flore, d'oiseaux, et de phoques sur des récifs, que nous allons explorer à pieds. De retour dans notre véhicule, nous allons d'abord traverser le pays relativement prospère de Þistilfjörður, avec ses grandes et fertiles terres. Toutefois, il s'agit-là d'une exception plutôt que d'une règle car ce coin nord-est du pays a été frappé plus durement par l'exode rural massif de ces dernières décennies que le reste de l'Islande.
Bientôt, nous allons pénétrer dans un autre petit village nommé Þórshöfn, où nous avons l'intention de solliciter l'aide d'un guide local afin d'explorer les merveilles de la nature de la presqu'île de Langanes, qui autrefois était habité sur toute sa longeur mais à présent quasi-totalement abandonnée. Si, pour une raison ou une autre notre guide sera indisposé ou absent, nous irons quand même jusqu'à l'ancien presbytère de Sauðanes, voire, les pistes permettant, un petit peu plus loin.
Arrivant dans la contrée sud du Langanes, à la ferme de Fell sur le Finnafjörður, nous allons nous rappeler que ce fut ici au sud de la péninsule, au début de la Seconde Guerre mondiale, que se rendit à l'autorité militaire anglaise le contre-espion Ib Árnason Riis, nom de code "Cobweb, Toile d'Araignée ", déposé non loin d'ici par un sousmarin allemand, qui fut ensuite un des plus importants espions des alliées pendant cette guerre. Encore de la lande, des fermes abandonnées, des ruisseaux et des rivières innombrables, et puis nous arrivons au plus petit de tous les villages, le Bakkafjörður, où malgré sa taille réduite et son éloignement, subsiste une pêche à la morue importante et salasion, le tout sous l'œuil vigilant et la direction de l'entrepreneur et ex-membre de l'Althing, M.Kristinn Pétursson. Cependant, les services proposés aux touristes sont l'on ne peut plus rudimentaires ici, et donc, nous ne nous éternisons as, et prenons le chemin d'une dernière lande, la Sandvíkurheiði, et, descendant de celle-ci du côté sud, nous avons la possibilité de nous rendre au très joli cap de Fuglabjarganes, d'où il y a une belle vue aussi bien vers le nord le long de la côte, que du côté sud jusqu'au port de Vopnafjörður. Pour terminer cette journée, nous allons profiter d'encore une belle piscine en plein air, celle de Selárdalur, située à côté de la rivière de pêche du même nom, la Selá. Il nous restera ensuite que quelques kilomètres à parcourir jusqu'à Vopnafjörður pour un bon dîner et nuitée.

Jour 8.

Nous commençons cette journée en traversant les beau champs et paturages verts de la vallée de Vopnafjörður et la remontant jusqu'à la vallée adjacente de Hofsárdalur jusqu'à ce que nous atteignons Burstafell, qui est une de ces seulement 6 vielles fermes de style ancien à avoir été préservées en Islande, et de l'avis quasi-général, celle qui est la mieux conservée et la plus authentique de toutes. Après la visite de Burstarfell, nous avons la possibilité de choisir entre deux chemin pour nous acheminer vers la région de Hérað, qui est le centre de l'est de l'Islande: Premièrement, nous pouvons essayer d'emprunter la route qui mène au col de Hellisheiði Eystri du sommet duquel il y a souvent une vue imprenable sur la baie de Héraðsflói, ou bien (ce le cas le plus souvent en hiver) nous enfoncer dans l'intérieur du pays en direction du désert de Möðrudalsöræfi jusqu'à ce que nous atteignons la route circulaire, et puis de suivre celle-ci le long de la vallée de Jökuldalur jusqu'à Hérað. Mais dans les deux cas, nous avons l'intention de rendre visite au fermier cum enseignant Örn Þorleifsson à Húsey, et de lui demander de nous monter ses plages de bois dérivant et l'utilisation qu'il en fait, ainsi que d'autres curiosités de sa ferme. Remontant la région de Hérað, nous allons faire une courte halte pour admirer une de plus belles églises de campagne en Islande, celle de Kirkjubær, qui vient d'être complètement remise en état par les Services des Monuments Historiques du Musée National d'Islande.
Après le déjeuner à Egilsstaðir, le principal centre urbain de l'est de l'Islande, nous pouvons peut-être profiter de la découverte récente de plusieurs sites importants datant de l'époque viking ici dans l'est de l'Islande, et aller visiter le petit musée local ou certains des objet découverts lors des fouilles archéologiques sont exposés. Ensuite, toujours en direction du sud, nous traverserons la Fagridalur (Belle Vallée) pour arriver dans le premier des fjords de l'est, celui de Reyðarfjörður, où malheureusement, il y a des projet d'implantation d'usine d'industrie lourde dans un avenir proche. Cependant, tout est calme pour l'instant et nous nous pressons donc d'en profiter au maximum, puis contourernons la presqu'íle de Vattarnes, où le rocher imposant de Skrúður se présente à nous. Le second fjord visité sera celui de Fáskrúðsfjörður, qui au siècle dernier était la base principale pour la pêche hauturière française autour de l'Islande, comme en témoignent le cimetière des marins français ainsi que l'ancien hôpital des Œuvres de Mer de Hafnarnes. Dans le Stöðvarfjörður, nous irons voir la collection intéressante de pierres de mme Petra et le fjord suivant, Breiðdalsvík, est bien placé pour s'y restaurer dans l'après-midi. Notre fjord suivant sera celui de Berufjörður où des troupeaux de rennes sont parfois visibles au printemps.À l'entrée du fjord se trouve le petit village de Djúpivogur qui, pendant des siècles, était un des points de commerces les plus importants avec l'Islande, comme en témoigne l'ancien entrepôt Langabúð nouvellement restauré.
Dîner et nuitée à Djúpivogur.

Jour 9.

Hamarsfjörður et Álftafjörður sont les derniers fjords de l'est que nous visitons, avec le second , dont le nom signifie littéralement le fjord des cygnes, méritant souvent bien son nom car, étant le point géographique le plus rapproché avec le continent européen, il est le lieu de rassemblement des grands troupeaux d'oiseaux migrateurs avant la traversée de l'océan. Plus au sud, les fjords sont succédés par des lagunes, et la première de celles-ci, la Lón, est flanqué au nord par un rocher très impressionant, le Eystra- Horn, en gabbro qui est une roche d'origine granitique des grandes profondeurs. La vue grandiose qui s'ouvre au voyageurs lorsqu'ils arrivent au sommet de la passe Almannaskarð, quand ils aperçoivent pour la première fois les grands glaciers du sud de l'Islande, laisse généralement un souvenir indélébile dans leurs mémoires. Tout près se trouve la presqu'île de Stokksnes, surplombée par le pic en gabbro Vestra-Horn, grand lieu de nidification des sternes arctiques et de rassemblement des phoques. L'aspect le plus captivant de la ville de Höfn í Hornafjörður,fondée seulement il y a 100 ans, est son dynamisme, le va et vient incessant au port de pêche et l'industrie florissante de transformation des produits de la mer. Elle est aussi renommé pour le grand nombre d'oiseaux étrangers,parfois d'origine nord américaine ou même méridionale, qui s'y égarent chaque année.

Dans l'après-midi, nous avons la possibilité de prendre la direction du sommet du glacier Skálafellsjökull pour y faire du moto-neige, (non-compris), soit partir directement vers la Lagune Glacière de Jökulsárlón. En chemin, nous pouvons observer tous les attraits habituels de la région de Skaftafellssýsla; les grands déserts de sable noir, les langues glacières successives et souvent aussi, le point culminant de l'Islande, le Öræfajökull, 2110 m. À Jökulsárlón, nous pouvons, en saison, nous embarquer sur des navettes spéciales pour nous faufiler parmis les icebergs majestueux flottant dans la lagune. Hors saison, la vue du haut des moraines avoisinantes est aussi suberbe, et il est aussi très intéressant de dévaler le long de la rivière glacière la plus courte de l'Islande, à savoir moins d'un kilomètre depuis la lagune jusqu'à l'embouchure avec l'océan où l'on peut souvent voir des phoques somnoler. Une autre possibilité d'excursion aventureuse dans ce pays consiste à s'embarquer sur un traineau à destination du Cap Ingólfshöfði, piloté par le paysan de la ferme Hofsnes. Cette excursion est particulièrement intéressante au printemps,pendant la période de ponte des macareux moines qui sont très nombreux sur ce promontoire. Arrivant au parc national de Skaftafell en fin de matinée, nous nous embarquerons pour une petite randonnée, soit jusqu'au pied du glacier Skaftafellsjökull, soit en montant vers la suberbe cascade Svartifoss qui est entouré de belles orgues basaltiques. La vue panoramique depuis la colline Sjónarsker,sur le Skeiðarársandur et la chaîne de montagnes autour, est vraiment splendide. En saison, il est possible de déjeuner à la caféteria de Skaftafell, sinon il faut se rendre à Kirkjubæjarklaustur où tous les services sont disponibles à l'année.En route, nous pouvons nous arrêter à la ferme ancienne de Núpsstaður, ou se trouve une chapelle minuscule de 18e siècle, et non loin de là, près de la ferme de Foss á Síðu, se trouve une formation rocheuse curieuse, de gros orgues basaltiques appelés Dverghamrar. À Kirkjubæjarklaustur,qui est le chef lieu de la région de Skaftafellssýsla, vient-on d'inaugurer récemment une petite exposition permanente sur les manifestations multiples du volcanisme dans la région ainsi que sur l'importance historique de la région qui remonte à l'époque des sagas. Une formation rocheuse bizarre, le "kirkjugólf" (littéralement le plancher de l'église) proche du village mérite aussi que l'on s'y déplace.
Dîner et nuitée à Kirkjubæjarklaustur où dans un logement à la ferme dans le pays de Meðalland.

Jour 10.

Poursuivant notre chemin,à travers le champ de lave énorme de Eldhraun et le vaste désert de Mýrdalssandur, zones dans lesquelles des tempêtes de sable, susceptibles d'arrêter le trafic routier, sévissent régulièrement, nous arrivons au village pittoresque de Vík í Mýrdal,situé sur la pointe la plus méridionale de l'Islande. Ici, nous avons la possibilité d'entreprendre une randonné le long des falaises grandioses de Reynisfjall, jusqu'au bord de l'océan Atlantique, avec belle vue sur les rochers de Reynisdrangar, voire jusqu'au promontoire de Dyrhólaey lui-même. En tous cas, nous verrons le paysage majestueux et les colonies importantes d'oiseaux pélagiques, fulmars pétrels, guillemots, etc qui sont là toute l'année, auxquels s'ajoutent des milliers d'oiseaux migrateurs en été: des oies et des cygnes sauvages.C'est un lieu important de nidification pour les sternes arctiques, les macareux moines,etc. La belle cascade de Skógafoss, haute de 60 m, se trouve au sud du glacier Eyjafjallajökull,et ensuite, nous allons nous rendre au musée folklorique très interessant de Skógar, qui est l'accomplissement d'un homme très singulier, M.Þórður Tómasson, qui a consacré toute sa vie à la constitution de ce musée et se fait généralement un grand plaisir à le montrer personnellement à ses visiteurs. Nous admirerons ensuite la belle cascade de Seljalandsfoss que l'on peut contourner à pieds par derrière. Ensuite, nous nous acheminons vers le coteau historique de Fljótshlíð. En chemin, nous pouvons nous arrêter près du rocher Stóri-Dímon et remarquer, comme le fît il y a environ mille ans Gunnar, le principal héro de la Njáls Saga "Qu'il est beau mon coteau!" Au village de Hvolsvöllur vient-on de constituer une petite exposition permanente dédiée aux hauts faits de cette Saga de Njall et, en tournant vers le nord, nous arrivons à la ferme ancienne Keldur qui est vraisemblablement le plus vieux bâtiment du pays. En ce siècle de pénurie d'eau, la source d'eau fraîche abondante, qui y jaillit à proximité de la ferme, est aussi une source d'émerveillement. Remontant plus au nord, nous laisserons bientôt en arrière la verdure des plaines du sud de l'Islande, pour nous avancer dans un terrain de plus en plus désertique où l'érosion sévit en permanence. Près de la ferme de Selsund, nous aperçevons les premiers champs de lave et bientôt il n'y a plus de doute: nous sommes arrivés au pied du plus célèbre volcan du pays, la Hekla. Bientôt les champs de lave céderont place à des énormes étendues de pierre ponce quel le volcan débite sporadiquement. Au niveau de la montagne Búrfell, nous franchirons le fleuve le plus long de l'Islande, la Þjórsá et arrivons dans la vallée de Þjórsárdalur qui fut totalement dévasté lors d'une grande éruption de Hekla en l'an 1104. Nous y avons la possibilité de voir la cascade de Hjálparfoss ainsi que la reconstruction fidèle d'une ferme viking, appellée Þjóðveldisbærinn, dont les ruines originales se trouvent dans la vallée.
Nuitée à Árnes, Flúðir ou bien à la ferme à proximité..

Jour 11.

Le petit village de Flúðir est situé dans une zone géothermal de température moyenn, ce qui explique que l'activité principale du village est la culture sous serre, et nous allons nous rendre dans une parmis elles, pour admirer la cultivation de tomates, concombres, et autres fruits et légumes.Nous franchirons ensuite le torrent de Hvítá, où l'on a souvent l'occasion de voir des jeunes gens faire du "rafting",puis nous retrouvons la superbe cascade de Gullfoss qui ne manque jamais de profondément impressioner le visiteur. Seulement à 10 km de là se trouve la zone géothermique de Geysir, arborant de nombreuses sources chaudes,dont la plus active appellé Strokkur, jaillit régulièrement à quelques minutes d'intervalle. La prochaine étape sera le village lieu de vacances Laugarvatn, qui lui-aussi jouit d'une zone géothermique qui est mise à de multiples fins utiles: chauffage de serres, d'une piscine et même d'un sauna naturel, bâti simplement au dessus d'une source chaude: c'est un lieu fantastique pour se détendre. Continuant à travers la lande de Lyngdalsheiði, clairsemé de grottes, de caves et de nombreux cratères volcaniques, nous arrivons bientôt dans le Parc National de Þingvellir. Suivant les rives du lac Þingvallavatn qui est le plus grand lac du pays, nous irons d'abord voir la grotte de Nikulásargjá pour traverser ensuite à pieds la plaine du parlement,Þingvellir, où l'Assemblé Nationale islandaise se tint pendant près de 900 ans. Remontant ensuite le rift Almannagjá, il nous sera facile de constater les effets que la dérive des continents, ou plus précisémment celle des plaques tectoniques, exerce sur la croûte terrestre. Ce voyage se termine enfin, après la visite de l'usine géothermique de Nesjavellir, et la restauration à midi dans l'excellente caféteria Nesbúð, par une rapide traversée de la lande de Mosfellsheiði et nous regagnerons Reykjavík vers 16 heures de l'après-midi pour une rapide visite de la ville, et puis retour à votre l'hôtel.

Durée: 11 jours, 10 nuits.
Nombre minimum de passagers: 3 personnes
Départs les Lundis chaque quinzaine, ou à la demande.Toute l'année.

Autour de l'Islande en 11 Jours
Saison:
Validité:
Forfait:
Hiver
Octobre-> Avril
Été
Mai-> Septembre

Commission agences de voyage: Nous interroger.
Montant des Arrhes: 30%, supplément chambre individuelle: + 16%

Conditions de Vente: (veuillez lire attentivement)

Départs prévus en 2014:Voir les Départs ci-contre

Services inclus: Le transport en véhicule (4x4)* et le guide parlant français, le logement en chambre double, généralement avec sanitaires incorporés, dans un hôtel confortable ou bien dans un gîte rural du confort similaire, pension complète (copieux petit déjeuner, déjeuner rapide de style "plat du jour" ou bien picnic, dîner), depuis le déjeuner du premier jour jusqu'au déjeuner du dernier jour.
*Véhicules: les (4x4) généralement utilisés
1 > 4 Passagers : Toyota Landcruiser jeep; 5 > 10: Ford Econoline,
10>19 passagers: Mercedes Benz minibus. 20>35: Mercedes Benz autocar
Équipement nécessaire: Tenue en prévision de "tous temps", chaussures de marche ou similaire, apporter aussi votre maillot de bain.
Exploitation: toute l'année.
Note: Ce voyage étant soumis en hiver (et parfois en autres saisons aussi!) aux aléas du temps, intempéries, tempêtes de neige, et autres "forces majeures" et susceptible de ce fait de ne pas pouvoir avancer, la compagnie Valferðir ehf, agissant de bonne foi, décline toute responsabilité pour des inconvénients ou des frais supplémentaires que cela pourrait occasioner.

retourlabelpageprinciplabelhautdepage